Savoir distinguer où mettre notre attention et notre énergie

Publié le par Edouard Coste

savoir ou mettre son énergie
savoir ou mettre son énergie

« Mon Dieu, donne-moi le courage de changer les choses que je peux changer, la sérénité d'accepter celles que je ne peux pas changer, et la sagesse de distinguer entre les deux » Marc Aurèle (empereur romain et philosophe)

Voilà qui résume exactement ce à quoi nous tentons de tendre lorsque nous sommes minimalistes.

Tout d’abord Marc Aurèle met en avant d’entrée de jeu que la vie est faite de deux aspects bien distincts. D’un côté nous avons tout un pan de notre vie qui englobe des actes, des faits, un environnement sur lequel nous n’avons aucune influence et la liste est quasi infinie : le rythme des saisons, les us et coutumes de notre société, le comportement de nos proches, cela peut aussi être certaines pulsions, certains caprices, certaines envies, la direction et les règles de notre entreprise, les bouchons sur nos trajets du travail, notre passé,… Puis il y a dans notre Vie des aspects qui sont sous notre contrôle : faire du sport, travailler, notre attitude envers nos proches, faire des choix entre différents produits que nous achetons, nos pensées, notre mode de vie,…

Cet état de fait parait si évident, et pourtant il ne l’est pas du tout pour la majorité d’entre nous. Premièrement l’esprit humain déforme la réalité en imaginant que l’individu dont il fait part maitrise la majeure partie de son environnement alors que c’est tout l’inverse qu’il s’en suit. L’homme n’a une influence que sur des points très limités en comparaison de tout ce dont il a à faire face au quotidien et deveniez quoi pour ceux qui me lise depuis quelques temps ? Devinez quelle est la proportion du pan de Vie que nous maitrisons et par soustraction celui qui nous échappe ? Si je vous dis Pareto ? 20%, oui nous ne maîtrisons et n’influons que 20% de notre vie pour un 80% qui est hors de notre sphère d’influence. La plus part des gens pensent au contraire maîtriser 80% et ne devoir composer qu’avec 20% de contraintes. La distorsion est énorme ! Pensez-vous réellement maîtriser l’entier de qui votre vie en ce moment précis : pourriez-vous affirmer que vous ne serez pas malade demain, que votre femme sera là dans une semaine, que vos enfants vont réussir leurs examens comme vous l’aviez prévu, que vous pourrez aller faire du ski à Noel, que vous aurez encore votre travail le mois prochain, que vous dormirez dans votre lit ce soir, que vous serez à l’heure à votre diner,… Pensez-vous vraiment que tout soit figé et que seule votre volonté peut faire bouger votre quotidien et votre futur proche ? Alors pourquoi êtes-vous parfois frustré ou malheureux ? Nous y reviendrons.

Les aléas extérieurs sont très nombreux, votre santé peut vous lâcher, votre femme peut décider de partir, vos enfants de changer de voie, il n’y aura peut-être pas de neige à Noël, l’économie peut devenir moribonde et vous pourriez être licencié, un incendie peut venir brûler votre maison, un accident sur la route pourrait vous mettre définitivement en retard. Rien n’est immuable alors même que nous pourrions le croire. Vous pouvez certes influer sur l’ensemble de ses points en faisant du sport et en aillant une bonne hygiène de vie pour améliorer votre santé, en étant attentionné avec votre femme vous l’encouragerez à rester près de vous, en expliquant à vos enfants qu’il est bon pour eux de suivre une certaine voie peut-être iront-ils jusqu’au bout de leurs études, en choisissant Noël pour vos vacances vous aurez de bonnes probabilités d’avoir de la neige pour faire du ski, en étant un employé modèle et qui s’est formé régulièrement vous ne serez peut-être pas le premier à être licencié, si vous résidez dans un appartement récent vous écarterez le risque d’incendie et si vous partez tôt à votre rendez-vous vous serez probablement à l’heure malgré l’accident sur la route,…

Or malgré tous nos efforts pour maîtriser, anticiper ou minimiser l’ensemble des risques il est impossible de les contrôler à 100%. Seulement voilà si 80% des aléas de la vie sont hors de notre sphère d’influence alors pourquoi y mettre 80% de notre énergie comme c’est le cas dans la plupart des faits. Prenons un exemple simple, vous êtes en réunion et vous apprenez qu’il vous faut désormais remplir à la fin de chaque journée un rapport sur votre activité quotidienne. Les ordres sont les même pour tous les employés et viennent directement de la maison mère basé en Suisse allemande. Vous travaillez déjà beaucoup et vos supérieurs sont très contents de votre travail, vous objectez que c’est inutile à améliorer vote qualité et à augmenter vos performances, bien au contraire vous trouvez que c’est une pure perte de temps, cependant votre chef vous dira que c’est obligatoire sous peine de ne pas recevoir vos bonus de fin d’année. A la fin de la séance vous allez avec vos autres collègues passer une heure à maudire vos dirigeants qui n’y comprennent rien, à la fin de la journée vous recevez un e-mail vous demandant de compléter ce fameux rapport. Vous pestez, vous jurez et vous le remplissez car vous ne souhaitez pas être pénalisé financièrement en fin d’année. De retour chez vous, vous en parlerez à votre concubine pendant une bonne heure, vous partagerez cette nouvelle avec un ami travaillant dans le mec secteur que vous pour vous plaindre de votre société qui devient trop bureaucratique. Enfin avant de vous endormir vous serez énervé et frustré à cause de cette nouvelle tâche qui vous chagrine énormément. Les jours suivants, vous continuerez d’en parler avec vos collègues, à vos amis, chaque fin de journée vous aurez le stress de devoir perdre du temps à compléter cette fichu feuille, vous chercherez même à vous en faire dispensé par votre boss en vain. Bref la pilule ne passe pas, vous allez passer beaucoup de temps à ruminer, à en discuter, à y penser et à y mettrez de l’énergie alors que dès le départ il était claire que vous ne pourrions pas faire autrement que de composer avec cette nouvelle donne. A quoi bon alors avoir gaspillé autant de temps, de pensées et d’énergie sur ce point qui survivra à toutes vos trépignations ? En reprenant Aurèle il aurait mieux valu essayer d’accepter cette nouvelle donne plutôt que de lutter contre. Il aurait été aussi plus judicieux de chercher à optimiser cette tâche pour la faire le plus rapidement possible. Bref l’énergie déployée l’a été en vain. Cet exemple n’est qu’une illustration parmi une quantité innombrable de temps et d’énergie gâchés dans des causes perdues d’avance. Allez à l’encontre d’une loi qui vient d’être promulguée, se plaindre de ses conditions de travail, rager sans fin d’avoir cassé un objet auquel vous teniez, vouloir changer le comportement d’une personne proche, être nostalgique et pleurer sur une relation sentimentale passée qui a pris fin pour toujours. Oui il est facile de donner des leçons alors que les sentiments tels que la frustration, la haine, la peur ou la déception sont présentes et perturbent notre logique et notre rationalité, cependant nous pouvons changer cette perception en travaillant sur nos sentiments, qui sont eux dans notre sphère d’influence. Il n’appartient qu’à vous de ne pas pleurer et de pas être trop affecter par une rupture sentimentale. Mieux vaut consacrer votre énergie à vous calmer et à entrevoir une solution de replis que de ressasser le passé.

Il est donc préférable de déployer son énergie judicieusement dans les 20% qui sont de notre ressort et d’avoir la sérénité de supporter les 80% qui ne le sont pas. Par contre il est évident comme le disait Aurèle qu’il peut être difficile de classer un fait dans un des deux camps. Est-il perdu d’avance de vouloir récupérer l’Etre aimé ou y a-t-il un espoir de le reconquérir à force de conviction et de patience ? Difficile parfois de juger si nous pouvons influer sur telle chose ou pas ? D’où ce besoin de sagesse et d’avoir assez de recul pour en juger. Une chose est certaine : lutter en vain contre des aspects de la Vie nous échappant fini par nous fatiguer et nous user. Nous avons aussi beaucoup de frustration qui peuvent découler de ces moments de vie où nous déployons une quantité d’énergie dans des causes perdues d’avance. Evitons donc de donner de coups d’épée dans l’eau ! C’est ça l’idée du minimaliste, ne pas brûler tout son capital temps et santé dans des causes inutiles.

Enfin notre malheur ou notre état de tristesse est souvent le fait d’avoir consacré trop d’énergie dans ces 80% qui nous échappent ou de tenter de maitriser l’immaitrisable. Il faut prendre conscience que bien souvent 80% de votre énergie et de votre temps est alloués à 80% des aspects de votre vie qui est hors de votre sphère de contrôle. Ne serait-il pas plus judicieux de consacrer 80% de cette énergie aux 20% qui sont entièrement de votre ressort ?

Vos pensées sont de votre ressort ainsi que vos sentiments, vous pouvez donc améliorer drastiquement votre niveau de bonheur en acceptant certains fait et en passant à autre chose rapidement, comme le fait de ne plus se soucier d’un objet cassé qui n’est plus réparable ou de penser à l’avenir plutôt que de se plaindre de votre passé. Pour ceux qui pense que nos pensées peuvent façonner notre avenir par la loi de l’attraction alors mettez beaucoup d’énergie dans vos rêves et corriger ainsi le tir si vous vous trouvez dans une situation qui vous rend triste. Ceci sera plus intelligent que de vous repasser les films du temps où vous étiez plus heureux. Relativiser vos échecs et vos désillusions par rapport à leurs coûts réels et à leur portée, au lieu de les amplifier en leur consacrant plus de temps qu’ils en méritent.

Aujourd’hui essayez d’analyser une de vos peurs ou une de vos frustrations, allez chercher sa cause, trouvez ce qui vous fait réellement peur ou ce qui vous frustre ? Puis demandez-vous si vous pouvez agir pour changer et/ou modifier cette cause? Si vous ne pouvez rien faire alors accepter la, si vous pouvez la changer et/ou la modifier alors agissez pour supprimer cette peur ou cette frustration. Vous pouvez faire de même sur un sentiment de tristesse. Si les causes sont hors de votre sphère d’influence alors passez à autre chose. Si vous pouvez agir décidez si vous souhaitez le faire ou pas ? Si vous avez décidé que le jeu n’en valait pas la chandelle alors là aussi passez à autre chose et si vous souhaitez modifier la raison de cette tristesse et que vous jugez pertinent de le faire, alors foncez et agissez pour corriger cette état de fait qui vous rend malheureux.

Théorie facile à faire, pratique plus difficile à mettre en œuvre mais qui ne tente rien n’a rien. Ne négligez pas l’action elle reste indispensable à ce que vous restiez dans une bonne dynamique.

Passez une belle journée !

Edouard Coste

Vous êtes libre de vous abonner à ma newsletter depuis la page d’accueil affichée sur votre ordinateur et non sur votre smartphone. Ainsi à chaque article paru vous recevrez un e-mail avec un lien vous y conduisant.

Mots clés : Marc Aurèle dans la vie de tous les jours, savoir distinguer où allouer son énergie, Pareto au quotidien, choisir dans quoi livrer bataille.

Commenter cet article

Lebrave 11/12/2013 18:40

C'est juste, on devrait même se poser la question suivante avant un choix difficile ou lors d'un conflit avec quelqu'un :" Est-ce que mon comportement ou mon choix va modifier ma vie dans un an, dans cinq ans ?" En fonction de la réponse, ca nous donne le poids et l'énergie que l'on doit mettre sur ce problème. Il ne faut pas s'enlever de l'esprit que un problème n'a que l'importance que l'on veut bien lui donner.
Bonne soirée