Régler son rapport à la mort est le meilleur antistress du monde...

Publié le par Edouard Coste

Régler son rapport à la mort est le meilleur antistress du monde...

Oui nous allons aller loin dans ce blog pour dépasser le simple fait de mieux ranger sa cuisine et de ne détenir que très peu d’objets. Le but de ce blog est de vous donner des pistes pour maximiser votre bien-être et diminuer, autant que possible, tout ce qui pourrait l’entraver. Pour ce faire il est donc nécessaire d’aborder tous les aspects de nos vies, qu’ils soient matériels, intellectuels, ou spirituels. En effet que nous soyons croyant ou pas ne nous empêche pas de vouloir élever notre conscience et évoluer vers une paix intérieure, que celle-ci passe par une religion ou une philosophie peu importe pour vu que le bonheur soit présent ! Nous allons ici démontrer que l’important n’est pas tant nos croyances religieuses, spirituelles ou philosophiques que le fait qu’elles nous apportent des réponses qui nous satisfassent, nous apaisent et nous rende heureux.

En effet l’important est d’être en adéquation avec des croyances qui nous apportent un équilibre dans quotidien et notre condition d’Homme. Car quoi que l’on choisisse comme mouvements religieux, philosophiques ou simplement comme éthique, morale ou ligne de conduite, nous finirons tous par tomber d’accord sur le fait que nos vies ne sont qu’illusion et qu’elles sont éphémères qui plus est et nous verrons plus bas pourquoi ? Nous verrons aussi pourquoi il est vital d’obtenir des réponses claires, précises et qui règlent notre rapport à la vie et donc à la mort, peu importe dans la finalité, la méthode choisies et les croyances qui seront sélectionnées, l’important est de solutionner des questions aussi existentielles que « Qui suis-je ? », « Quel est le sens de ma vie ? », etc. car le pire serait d’éluder ces interrogations en prétextant un manque de temps, d’envie ou d’intérêt. En effet ces dernières sont par nature indissociables d’une existence d’être évolués que nous sommes et qui réfléchis à des préceptes dépassant ceux de nos besoins primaires. Ajourner les réflexions relatives à ces questions est une des plus graves erreurs que nous puissions faire car les réponses risqueraient de nous faire regretter amèrement de ne pas avoir pris la peine de solutionner ces fameuses questions plutôt. En effet imaginez que si vous aviez trouvé le but de votre vie 10 ans plus jeune qui est à l’opposé de ce que vous avez fait durant toutes ces années. Ne pensez-vous pas que vous risquerez d’avoir des regrets, qui au passage sont les pires sentiments que nous puissions ressentir avec ceux lié à l’injustice.

Alors oui il s’agit d’un effort immense, long, sans fin et pourtant il existe là encore une façon de prendre un raccourci car nous sommes minimalistes et tentons d’avoir un regard autre que celui de la masse et trop stéréotypé pour nous. Nous préférons nous secouer les méninges quitte à faire le poirier et regarder le monde à l’envers, ou tenter à la place de le sentir au travers de nos autres sens ? Rangeons les préjugés et forçons-nous à sortir de ces autoroutes droites et ennuyeuses.

Evoluer spirituellement de toute évidence semble passer par une ferveur religieuse, ou la compréhension de préceptes philosophiques pour ensuite être à même de faire un travail sur soi qui est long et permanent, ceci dans le but de trouver les réponses sur le sens de sa vie, ce long processus est censé rassuré l’individu sur sa mort et ses conséquences, ou ses non-conséquences…. Cependant il est possible d’inverser totalement ce cheminement et partir à la recherche de ce que représente la mort pour nous et d’ensuite par contraste ou soustraction se représenter la vie.

« Qu’est-ce que la mort ? » - Bingo ! Ca y est nous y sommes ! Posez-vous cette question et vous vous retrouvez directement en face d’un mur qui fait peur à beaucoup de monde… Mais qui y-a-il derrière ce « putain » de mur si noir, si épais, indestructible et dont personne n’est revenu avec une réponse assez convainquant pour classer l’affaire de l’Après ! ? Suspens….

Je plaisante ! Croyez-vous réellement que j’allais vous donner la réponse ici ? Comment pourrais-je avoir la prétention de le faire, non, soyons réalistes ce serait une élucubration ! Alors évidement que j’ai mes croyances et mes convictions et c’est là ma force. Et peu importe que je vous donne ma vision sur le sujet, non l’important aujourd’hui c’est un que je vous pousse à vous trouver une réponse qui émane de vous et surtout que je vous démontre que quoi que vous trouviez comme réponse, celle-ci sera suffisante pour vous rassurer une bonne fois pour toute sur ce passage un peu obligé…. L’important ne sera donc pas la réponse que vous trouverez ou que vous avez déjà peut-être solutionné, non la chose vitale c’est que vous soyez intiment convaincu que c’est la bonne ! Et si vous n’en trouviez pas alors si vous suivez la pure logique qui va suivre alors vous serez quoi qu’il arrive là aussi libérer de cette crainte d’être confronté à cette fin qui vous paraitra de moins en moins loin d’années en années, cependant le confort n’équivaudra jamais celui d’avoir une réponse ferme est définitive, définitive du moins sur une période de vie donnée.

Alors comment s’affranchir de l’emprise de la Faucheuse, simplement en opposant deux théories bien distinctes qui s’affronte, il en existe bien une troisième que nous verrons plus tard mais qui elle ne devrait pas être trop gênante à solutionner. Ces deux blocs qui s’affrontent avec leurs partisans et leurs détracteurs sont d’un côté celui pour lequel une vie ou une énergie existe après la mort et de l’autre côté le bloc de ceux qui pensent que tout s’arrête net avec la mort de notre corps physiques, le grand black-out. Jusqu’ici rien de bien nouveau. Mais il est important si l’on reste pragmatique de constater que dans les deux cas il est totalement fantaisiste, vous en conviendrez, de s’alarmer sur cette fin, puisque que vous croyez ou non à la survie de votre esprit sous une autre forme que la forme actuelle il conviendrait de prendre du recul et dans les deux cas de relativiser la portée de notre passage sur Terre. En effet chaque vie est un évènement mineur dans l’histoire et l’espace de notre Univers pris dans son entier et vous pouvez essaiment constater, ramené à cette échelle que nous sommes bien trop prétentieux à vouloir à tout prix élevé le genre humain au rang de plus belle merveille que l’Univers n’aie jamais engendré ! Car même dans le cas ou notre esprit serait éternel nos vies « terrestres » sont à peine l’équivalent d’une nano seconde à l’échelle du temps bigbang et de cet infini qui se déroule devant nous, tout comme notre masse qui à l’échelle de cet Univers n’est même pas l’équivalent d’un quark à l’échelle de notre planète ! Autant tout de suite relativiser et redescendre sur Terre spécialement ceux qui penseraient laisser une trace indélébile de leur passage parmi nous. Regardons ci-après pour chaque cas de figure pourquoi il est plus raisonnable de définitivement penser, analyser, répondre puis classer cette question qui a le potentiel de semer un gros doute dans nos vies et Dieu sait que le doute est le pire ennemi de nos vies, c’est une arme de destruction massive, mais ceci fera le sujet d’un autre article.

Analysons donc le premier cas de figure pour lequel vous aboutissez à la certitude que votre esprit survivra. Peu importe la religion ou la philosophie qui y est rattachée à votre cheminement menant à cette réponse, une vie après la mort signifie à coup sûr une étape nous délivrant de toutes souffrances ou du moins un passage vers un mieux quant à notre Etat d’Homme. J’entends déjà certain s’insurger et lever le voile sur la troisième question qui pourrait être du coup posée : et si l’enfer existe ?, peut-être que la mort signifie au contraire un passage vers un Etat bien moins confortable que l’actuel… Ouille ouille ouille !!!! Brûler en enfer qui plus est écartelé avec en plus quelques démons vous fouettant à longueur de journée j’avoue que le programme n’est pas réjouissant… Cependant charge à vous de bien vous comportez si vous croyez en cette théorie ! De mon côté je n’ai de ce point de vu aucun doute quant à la qualité de mes lecteurs et aux fait que vous ne devez pas être de grands voyons ! Trêve de plaisanterie, si une vie existe après celle-ci, il est peu probable qu’elle ait un Dieu à sa tête si abject qui permette que nous finissions dans des geôles ignobles surtout après avoir été capable de créer de telles merveilles… Laissez-moi aussi ici prendre un raccourci demandant qui parmi vous pense réellement qu’il mériterait un tel châtiment ? Personne. J’en suis convaincu! Et pour ceux qui auraient commis l’irréparables alors il est très probable que les stress liés à leur vie malsaine soit pire que celui posé par le sujet de cet article. Dans tous les cas si vous pensez que derrière ce mur vous existerez toujours alors arrêtez de vous en faire et réjouissez-vous au contraire d’aller vers des conditions meilleures que les nôtres avec autant de plaisir mais moins de contraintes et de souffrances du moins c’est ce qui serait probable dans un tel cas. Alors profitez de la vie sans trop vous préoccuper des conséquences que celle-ci pourrait avoir dans « l’Au-delà » car là aussi il est plus que probable que les conséquences de nos actes soient plus que limité si nous remettons les choses en perspective entre une vie humaine limitée et momentanée et un esprit éclairé couplé à une l’existence infinie.

Enfin deuxième bloc, ceux des athées, des matérialistes qui pensent que tout nait de la matière donc pour faire court que la pensée n’existe que grâce notre cerveau. Donc à la mort de celui-ci la pensée qu’il portait cesse elle aussi d’exister. Le black-out. La délivrance éternelle. Bref pourquoi alors s’en faire concernant la mort puisqu’aucunes pensées ne survivra et donc aucun raisonnement ni émotion capable d’analyser cette même mort survivant une existence basique avec un début et une fin bien définis. Aucun jugement, aucun trouble, aucune souffrance liée à sa propre mort ne peut donc exister puisque rien ne survivra. Vous ne pouvez ni regrettez ce qui s’est passé, ni être nostalgique de votre passage sur Terre puisque votre mental sera définitivement mort. Bye-bye Moi ! Là aussi il conviendra de relativiser la portée de nos actes à une brève modulation sur cette planète, un souffle sans grande importance pour celui qui aura existé et ceux qui suivront puisque même ceux qui risqueraient de souffrir de vos malversations seraient à terme délivrés de toutes souffrances par cette mort cérébrale et mentale. Vous ne risquez donc pas de blesser un individu plus d’une centaine d’année rassurez-vous donc !

Enfin pour ceux qui hésite ou ne sont pas convaincu alors je les invites à conceptualiser ces deux évidences comme étant quoi qu’il arrive des solutions très avantageuses, du moins ne justifiant aucune crainte particulière.

Ce qui est intéressant avec ce petit raisonnement c’est qu’il est facile par la suite de donner un sens à sa vie, ou du moins à relativiser la portée de nos actes comme n’étant pas si importants dans l’absolu, à l’échelle de la matière, du temps, de l’espace et de l’infini. L’Homme cherche à se convaincre qu’il a un rôle clé à jouer dans ce grand tout, alors qu’en restant honnête nous ne sommes vraiment pas grand-chose dans cet Univers infini, il serait encore plus hérétique, comme le déclare certains mouvements de pensées d’affirmer que nous sommes la conscience de l’Univers, que c’est au travers de la conscience que l’Homme a de son environnement que l’Univers peut exister… Or si nous ne sommes pas si importants dans ce Monde que dire de nos actions, de nos quêtes et de nos aspirations ? Je vous laisse le soin de la réflexion.

Alors oui nous avons pris de très grossiers raccourcis mais je ne pouvais pas développer plus sous peine de vous écrire un livre. Il est difficile de faire le tour d’un sujet en quelques pages. Mon but n’étant pas pour des sujets, non pas sérieux (car comment pourraient-ils l’être après une telle démonstration ?) de vous donner des pistes de réflexion et de créer le débat, de taper dans la fourmilière afin que vous me tombiez tous dessus avec vos objections qui seront constructrices j’en suis sûr ! Cependant si vous m’avez bien suivi plus haut vous conviendrez que tout n’est qu’illusion dans le fond, du moins de mon point de vue, qui, je vous l’accorde risque d’être totalement erroné vis-à-vis d’une Vérité Absolue. Mais, et c’est là la beauté du geste, me satisfait et me permet d’être heureux ! Mieux vaut vivre une contre vérité qui vous rend bien que d’être dans le Vrai et de souffrir. Trouvez votre réalité, celle qui vous rendra bien et heureux, ne vous sentez pas obligé de découvrir une vérité qui risquerait de vous faire mal si vous êtes bien, cela serait suicidaire ! Au pire répétez-vous cette phrase pour vous rassurer : Bénis soit les ignorants ! A défaut de croire en Dieu faite en vous votre Maxim, car l’ignorance évite bien des tergiversations inutiles voir négatives.

Mon conseil du jour aux ignorants… prenez la pilule bleue et ne cherchez pas à suivre le lapin blanc !

(Petit clin d’œil : http://www.youtube.com/watch?v=TgfLNObfwLg).

Bon week-end ! Et merci à ceux qui font passer mes articles sur leurs réseaux sociaux c'est toujours très sympa de voir de nouveaux lecteurs suivre mes longues tirades...

Edouard Coste

Vous êtes libre de vous abonner à ma newsletter depuis la page d’accueil, laissez votre e-mail sous la rubrique « s’abonner » et confirmer à l’aide du lien s’affichant dans l’e-mail que vous recevrez. Par la suite à chaque article paru vous recevrez un e-mail avec un lien vous y conduisant. En moyenne les publications sont au nombre de trois par semaine.

Mots clés : rapport à la mort, le minimalisme au travers la mort.

Commenter cet article